L’affaire Bo Xilai et les Desmarais

Les journaux du monde entier commentent ces jours-ci la disgrâce du dirigeant chinois Bo Xilai avec lequel plusieurs politiciens et hommes d’affaires canadiens, dont au premier chef la famille Desmarais, entretenaient des liens étroits.

Sous le titre « La chute d’un ami du Canada », le journal La Presse, dans son édition du samedi, 14 avril, rappelle brièvement ces relations forgées depuis de longues années avec les dirigeants de Power Corporation et des politiciens comme Jean Chrétien.

Un chapitre de notre plus récent livre Le Québec et la nouvelle donne internationale était consacré à ces relations entre les Desmarais, le Canada et la Chine. Nous le reproduisons ci-dessous. Vous pouvez vous procurer le livre en cliquant ici.

 Le SCRS, la Chine et les Desmarais

Au cours du mois de juillet 2010, la presse canadienne anglaise s’est passionnée pour l’affaire Richard Fadden, du nom du directeur du SCRS, le service canadien du renseignement, qui, lors d’une entrevue à la CBC la veille de l’arrivée en sol canadien du président chinois Hu Jintao pour le Sommet du G-20, a laissé entendre que deux ministres provinciaux et des conseillers municipaux étaient sous « influence d’un pays étranger », lire la Chine. Ses propos ont créé un malaise certain au sein de la communauté chinoise et ont mis dans l’embarras le gouvernement Harper qui, après s’être d’abord montré fort tiède à l’égard de la Chine, en fait maintenant une priorité pour les relations commerciales du Canada, étant donné les difficultés causées par le principal partenaire économique du pays, les États-Unis. Richard Fadden a « nuancé » par la suite ses propos, mais on s’explique toujours mal une telle sortie, étant donné qu’il n’est pas un néophyte en matière de renseignement. Avant d’accéder au SCRS, il a occupé au Conseil privé – le ministère du Premier Ministre – des fonctions similaires. Il serait donc erroné de mettre son intervention sur le dos de la « maladresse » ou de « l’incompétence ». Une sortie similaire de l’ancien directeur de GRC, Giulano Zaccardelli, à l’époque de Jean Chrétien, est très instructive à cet égard.

[Lire l’article au complet sur lautjournal.info]

Publicités

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s